Récit n°11 – Des cadeaux à perte de vue

Pas de bûche cette année. Pas de sapin enguirlandé. Mais un réveillon et un 25 décembre tout de même remplis de cadeaux.

Un brin d’Écosse. Jamais nous n’avons foulé la terre des adeptes du kilt et pourtant l’impression d’y avoir plongé est là quand nous pénétrons les murs d’Yvoire. Cette petite commune médiévale au bord du lac Léman fait partie des plus beaux villages de France. Le temps est pluvieux, venteux, mais le charme opère tout de même. Le petit port. Le château. L’église au cloché atypique en inox. Le jardin des sens – membre des jardins remarquables – fermé jusqu’en avril nous invite à revenir.

Pancakes avec vue. Nous arrivons à Évian-les-Bains alors que la nuit est tombée. Pour le réveillon nous avons loué un logement complet. L’objectif : cuisiner un peu. Le résultat : toasts de foie gras végétal. Potimarrons farcis. Mousse au chocolat. Et le lendemain ? Les restes de fruits de la veille et des pancakes avec vue sur… Le lac Léman. Que demande le peuple ?

Panorama bipolaire. Salt Bae* est-il passé par là ? La cime des sapins est saupoudrée de neige fraîche. De l’autre côté, le lac Léman à perte de vue. Au milieu, deux groupes de ruines. Celles du château vieux et celles du château neuf. Nous sommes à 717 mètres perchés dans la province du Chablais. L’anecdote qui croustille. Ces deux châteaux voisins étaient aussi à l’époque, des rivaux. Et pour attaquer l’ennemi il fallait parcourir… 150 mètres.

Escale glacière. Pourquoi ne pas prendre l’autoroute ? Pour découvrir ce genre de perle. 1869, Joachim Moinat construit une véritable glacière afin d’exploiter la glace du lac de Sylans, riche d’une eau d’une grande pureté. Racheté par la société des Glacières de Paris, le bâtiment fournira jusqu’à 10 tonnes de glace naturelle par jour jusqu’à la dernière récolte de l’or blanc du 30 janvier au 10 février 1917. Les Glacières de Paris abandonnent ensuite le site pour se focaliser sur la production de glace artificielle.

Plus beaux villages, et de deux. Sur la route de Lyon, le charmant village médiéval de Pérouges (voir photo en tête d’article), s’offre à nous. Presque seuls dans l’enceinte fortifiée, nous voguons dans les ruelles de pierres, à la seule lueur des guirlandes lumineuses. Si nous n’avons pas ouvert de cadeaux cette année, nos têtes finissent tout de même pleines de superbes images, avec en prime… La neige.

*Salt Bae est un boucher turc devenu célèbre sur internet grâce à sa technique d’assaisonnement de la viande.

@jvaurillon

2 commentaires sur « Récit n°11 – Des cadeaux à perte de vue »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :