Récit n°30 – Secrets d’histoire

Nous avons quitté la Bourgogne. Direction, petit à petit, l’Alsace.

C’est devant la porte d’Arans, vestige d’une autre époque à Dole, que mon esprit divague. Guerre contre les savoyards. Ducs de Bourgogne. Dans l’Est de l’hexagone, nos pas sont jalonnés d’histoire. J’en viendrais presque à envier Stéphane Bern et Lorànt Deutsch, qui, il y a quelques semaines maintenant, nous avaient offert un Retour vers le futur version Moyen Age, lors d’une émission où il était possible de visualiser le Paris d’antan.

Ce vendredi, nos pas nous ont d’abord conduits vers des visages familiers. Un couple d’amis rencontré à l’école de journalisme. Une dijonnaise d’adoption et un marseillais. Oui oui ça fonctionne. Après un croissant et une discussion, nous reprenons la route. Alors que des chutes de neige nous avaient arrêtés aux portes de Dole, nous revoilà dans l’une des sous-préfectures du Jura, bien décidés à la visiter.

Moment de grâce quand nous entrons dans la collégiale Notre-Dame. L’orgue en bois, sublimement sculpté, résonne dans l’enceinte qui se laisse découvrir contre un torticolis. L’église surplombe la ville et ses canaux, au niveau bien haut. Nos pas mouillés vacillent sur les pavés gravés du chat perché de Marcel Aymé. Maison natale de Louis Pasteur. Un étendard y est accroché. « Ne cessons jamais de chercher. »

Lieux confinés, rivières débordantes

Nous cherchons alors la route vers la Saline royale d’Arc-et-Senans. Manufacture destinée à la production de sel, elle a été créée de par la volonté de Louis XV et construite entre 1775 et 1779. Classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO depuis 1982, elle reste le chef-d’œuvre de Claude-Nicolas Ledoux, architecte visionnaire du siècle des Lumières. Nous n’en verrons malheureusement que l’impressionnante porte, l’intérieur restant fermé au public pour le moment.

Il serait mentir que de dire que le soleil commence à décliner, il n’a pas dénié montrer le bout de son nez aujourd’hui. Et les traces de son absence se font ressentir sur les bords de la rivière de la Loue. Cette dernière est sortie de son lit, pour envahir les champs alentours. Nous obligeant même à un détour face à un panneau « route barrée – inondation. » Nos pas de ce soir traversent une nouvelle fois l’histoire. Un oeil sur la route, un autre sur la citadelle de Besançon. Demain nous irons y jeter notre hameçon. Notre hameçon à histoire.

La Loue a envahi les champs alentours. Julien Vaurillon.

@jvaurillon

2 commentaires sur « Récit n°30 – Secrets d’histoire »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :