Récit n°33 – Sur la piste de l’art de rue

Une journée de visite pas comme les autres ce mardi. A la recherche de dessins dans une ville alsacienne qui gagne à être connue, Mulhouse.

De boîtes aux lettres en boîtes aux lettres. C’est ainsi que nous avons visité Mulhouse. Alors non, nos cerveaux n’ont pas gelé avec le froid. Et encore non, nous n’avons pas une passion pour la distribution du courrier. Tout est lié à C215, un artiste urbain. Il a laissé sa trace sur 21 boîtes aux lettres lors de son passage dans la ville. Plusieurs visages, réalisés avec des pochoirs, contrastent avec le « jaune poste ». Connu internationalement, il s’est baladé en dessinant à Paris, Istanbul, Venise ou encore Oslo.

Deux tirailleurs sénégalais, trois SDF, Victor Hugo et Renaud. Et puis aussi un chat et un clown triste. Christian Guémy de son vrai nom, a donné vie à ces êtres avec sa patte, avec sa bombe. Du noir, du doré, quelques touches de bleu. Des regards francs. Chaque croquis, caché sur différents flancs des boîtes perchées, a sa personnalité. Et nombreux sont ceux qui passent à côté sans même leur accorder un regard. Sans savoir. Et ceux qui nous ont regardés du coin de l’oeil, amusés, tourner et retourner le GPS, rebrousser chemin.

Voir les choses autrement 

L’art de rue, exposé aux yeux de tous, comble notre manque de culture. Le virus a laissé à la rue sa soif d’art. Et cette balade sur les traces de C215, proposée par l’office de tourisme, nous a permis de découvrir cette cité sous un autre angle. A coté des écoles et lycées, près d’une synagogue, d’une bibliothèque ou encore d’une église, les boîtes aux lettres sont bien éparpillées. Ainsi nous avons traversé des quartiers semblables à de petits villages, assisté à différentes sorties de classe, et pu saisir l’ambiance de ce lieu.

Le jeu nous a stimulé. On retourne agréablement en enfance quand c’est si amusant et intéressant. Surtout Julien, qui tenait à découvrir chaque visage. Face aux boites aux lettres vides, les dessins ayant été effacés, il était si désolé.

Vivifiés, accompagnés par un rose coucher de soleil, nous nous sommes retirés. Enfants pour la journée, et sûrement pour la soirée. Malgré le temps qui passe et qui rajoute une année à Julien. 26 bougies soufflées sur la route, au beau milieu de l’Alsace, la clé tournée dans la porte à 18h. Qui l’aurait cru ?

@inessotopro

Un avis sur « Récit n°33 – Sur la piste de l’art de rue »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :