Des étangs et des hommes

Surnommé le pays aux mille étangs, la Dombes est la première région piscicole en eau douce de France. Rencontre avec Fabien Chatelet, pisciculteur.

Une chape de plomb. Lors de notre séjour dans la région de la Dombes, la brume fut notre acolyte. Si nous n’avons pas eu le droit au brouillard givrant qui donne, d’après les locaux, « un aspect magique aux lieux », nous avons pu ressentir le pouls si particulier qui y règne. Entre ballet d’échassiers, châteaux et reflets dans l’eau.

Avant une pêche, l’étang est vidé. Seule la partie la plus profonde, où résident les poissons, reste immergée. Michel Prost.

Bonnet avec l’inscription New York City vissé sur la tête. Polaire noire sur le dos. Fabien Chatelet scrute l’étang dont nous longeons le bord. Le fusil du gaillard est logé sous le siège où Inès est assise. « Il y a de plus en plus d’oiseaux piscivores, c’est un véritable problème », indique celui qui exerce le métier de pisciculteur depuis plus d’une dizaine d’années.

Face à ces espèces, pour la plupart protégées, la seule arme de l’éleveur, c’est la peur. Détonations minutées de canon à air et coups de fusil en l’air sont donc une habitude pour Fabien, salarié d’une grande exploitation près de Chalamont.

De zone marécageuse à zone de pêche fertile

Au Moyen-âge, les paysages dombistes étaient composés de vastes marécages avec pour particularité un sol très argileux. A cette époque, les habitants avaient très peu de ressources pour se nourrir, pas de terre pour cultiver et pas de prairie pour des animaux. Dès le XIe siècle, les moines ont aménagé la Dombes en créant les premiers viviers à poissons. La demande de poisson d’eau douce étant croissante, le nombre de pièces d’eau s’est multiplié.

Les soyeux de Lyon venant à la campagne le week-end pour chasser ont tissé le maillage actuel de grandes propriétés. « Mon patron, c’est la troisième ou quatrième génération. Le domaine se compose de 100 hectares d’étang, 200 hectares de bois et 200 hectares de terre. Je suis le seul salarié sur l’exploitation. J’exploite les 13 étangs », explique Fabien.

L’emblème de la Dombes c’est bien sûr le poisson, et principalement la carpe. La production annuelle est de 1 200 tonnes de poissons. « Par hectare chaque éleveur produit entre 300 et 500 kilos de poissons. Il y a de la carpe, de la tanche mais aussi des carnassiers comme le brochet et la perche. »

Un écosystème fragile, une image à changer

Pêche au filet manuel, surveillance, gestion méticuleuse de l’eau, être pisciculteur est un art et « une passion ». Malheureusement celle-ci se perd. « Localement il y a beaucoup d’étangs abandonnés qui s’appauvrissent avec le temps. »

Rajoutez-y un climat changeant et inquiétant et vous obtenez des conditions de travail difficiles. « On fonctionne avec une chaine d’étangs. On récupère l’eau de l’étang d’au dessus pour remplir celui d’en dessous. En tête de chaine ce n’est que de l’eau de pluie. Donc si on a un manque d’eau, des sécheresses et des canicules comme ces dernières années, ce n’est pas bon », indique Fabien.

Des étangs également cultivés

« Les étangs sont 4-5 années en eau et une année en assec*. Pour faire tous les travaux dans la pêcherie. Lors de cette année d’assec on plante des céréales. Cela permet de minéraliser l’étang, de l’enrichir. Il peut y avoir de l’avoine de printemps, du maïs, du sarrasin ou encore du soja. »

Mais pas question de baisser les bras, sous l’impulsion de l’Apped (l’Association de Promotion du Poisson des Etangs de la Dombes) les acteurs de la filière se serrent les coudes. Dans le but, aussi, de changer l’image du poisson d’étangs. « Certains disent qu’ils ont le goût de vase, c’est faux. Je peux vous dire que des goujonnettes de carpe (petits morceaux de carpe frits ressemblant à des frites) c’est délicieux et cela met tout le monde d’accord. Et puis en terme de poissons élevés, il n’y a pas plus naturel que les poissons d’étangs. »

*Assec : état d’une rivière ou d’un étang qui se retrouve sans eau.

@jvaurillon

2 commentaires sur « Des étangs et des hommes »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :