Récit n°81 – Abbayes à la mode de Caen

Comme pour les toilettes, il y a un côté pour dames et un côté pour hommes. Là il s’agit d’abbayes, c’est un peu plus sérieux et spirituel.

Il faudrait que je me penche dangereusement par la fenêtre pour apercevoir l’abbaye aux Dames. Et je risquerai de tomber des quatre étages. Tout ça pour dire que nous dormons à ses pieds, depuis notre arrivée à Caen. Mathilde de Flandre a fondé l’édifice vers 1060. Elle était l’épouse du duc Guillaume le Conquérant. Qui humblement a également construit son édifice, l’abbaye aux Hommes. Les époux sont inhumés dans leur bâtisse respective.

Guillaume est intimement lié à l’élévation de la cité normande. Il est à l’origine de la création du château, qui abrite désormais deux musées. La forteresse, centrale, vit aujourd’hui au rythme de sa population. Les gens s’y embrassent, posent leur fessier dans l’herbe fraîche, font un selfie dos à la cité qui grouille plus bas. Sous le règne du duc, bâtard de Robert le Magnifique, Caen devient la deuxième capitale du duché. Guillaume la préfère à Bayeux pour sa position centrale.

Consanguinité et repentance

Mathilde était bien trop proche, relativement aux liens du sang, de Guillaume. Le pape n’a donc pas pu bénir leur amour. Malheur. La belle était pourtant de sang royal, mais ça n’a pas suffit. Par volonté d’absoudre son péché peut-être, pour asseoir son autorité sûrement, Guillaume fait construire les deux abbayes.

L’église abbatiale des Dames est dédiée à la Sainte-Trinité, elle constitue un chef d’œuvre de l’art roman normand bien que remaniée au XIXe siècle. À gauche et à droite du choeur, sur des tentures souples en tissu blanc, sont représentées des femmes. Sainte-Thérèse, Mère Teresa, Judith, Suzanne, etc. Mais aussi…la femme adultère.

Du côté masculin, le style est semblable, un jardin à la française accueille les arrivants du centre-ville. La bâtisse abritait les Caennais lors de la Seconde Guerre mondiale, épargnée par les bombardements. Elle est aujourd’hui l’Hôtel de ville, et son alter ego est devenue le siège de la Région. Les deux tombeaux sont à zieuter en leur intérieur. Celui de Guillaume est malheureusement bien vide, ne reste que le fémur gauche. Les protestants sont passés par là…

Anecdotes caennaises : 

  • 1562, les protestants prennent le contrôle de la ville et ils s’en prennent notamment aux tombeaux de Guillaume le Conquérant et de la reine Mathilde. Ils vont éparpiller les os du duc, il ne resterait plus que son fémur.
  • Caen est surnommée au XVIIe siècle « Athènes normande ». Cela car elle va voir la création de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres ainsi que la première Académie de physique de France. Lui valant une réputation de la capitale des beaux esprits.
  • 1775, le 30 décembre se produit l’un des plus violents séismes qu’ait connu la région normande. L’intensité à l’épicentre situé dans la région de Caen est estimé à VII sur l’échelle MSK (mesure de l’intensité d’un tremblement de terre). De nombreux dégâts ont été signalés.
  • Fondée en 1432 après celles de Paris et de Montpellier, l’ancienneté de son université est reconnue. Ainsi que sa grande richesse culturelle (ville d’Europe la plus pourvue en libraires indépendantes). Ou encore son caractère festif. Ces éléments font de Caen la capitale culturelle et intellectuelle de Normandie.

@inessotopro

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :