Récit n°112 – Crozon l’époustouflante

Un week-end riche en découvertes. Nous avons arpenté la presqu’île de Crozon, merveille de la nature bretonne.

Perchés sur un sentier caillouteux à flanc de falaise, nous observons l’île Vierge et ses reliefs. Tout autour une eau turquoise, des pins et une ligne d’horizon bouchée par un temps typiquement breton.

La plage de cette île, qui est en fait une presqu’île dans la presqu’île, fait penser à un coin de Corse. Malheureusement l’érosion et l’intérêt de nombreux touristes font que le site déjà escarpé est devenu dangereux. Depuis mars 2020, un arrêté interdit son accès. Dommage… Le spectacle lui, reste tout de même époustouflant.

Entre les fougères et les ajoncs nous ne pouvons nous arrêter de contempler. Un bateau de visite non loin des côtes, un escargot à la coque jaune montant un arbre, mais aussi ces falaises qui se jettent dans l’océan.

De l’anse Saint-Nicolas à la pointe de Pen-Hir

Des centaines de grottes percent les entrailles de la presqu’île qui est un paradis pour géologues. Nous n’en sommes pas, mais les sortes de sculptures que nous pouvons observer de loin nous laissent sans voix. C’est comme si des milliers d’années avaient construit une première oeuvre et que les siècles suivant grignotaient cette dernière.

On change d’endroit. Après une randonnée de 4h du coté de l’anse Saint-Nicolas, nous voilà à la pointe de Pen-Hir. Endroit différent mais toujours ce mot « époustouflant » qui revient dans ma tête. La géologie n’est pas pareille mais les éléments se sont passés le mot : « Soyons grandioses. »

La pointe de Pen-Hir, un paysage superbe. Julien Vaurillon.

« Fût un temps j’ai arpenté la presqu’île entière avec mon club de randonnée », nous glisse notre hôte Marie-Noëlle. Toujours un geste gentil, toujours un bon conseil à revendre. Décidément ces Bretons… La presqu’île ne dévoile donc l’ensemble de ses charmes qu’après 200 kilomètres et une semaine au moins. Il nous faudra revenir. Pas le choix.

Locronan : pierres, fleurs, toiles, que c’est beau

Non loin de la presqu’île de Crozon, la ville de Locronan vaut le détour. Merveilleusement conservée, la cité de granit arbore de très belles demeures Renaissance et une jolie église du XVe siècle, le tout bercé par une multitude de fleurs ici et là.

Tenant son nom de Saint-Ronan, ermite fondateur de la cité au Xe siècle, Locronan connut son apogée au XVIe siècle grâce à l’industrie de la toile à voile qui eut les plus grands commanditaires dont la Compagnie des Indes. Aujourd’hui le village est classé parmi les plus beaux de France.

@jvaurillon

2 commentaires sur « Récit n°112 – Crozon l’époustouflante »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :