Récit n°113 – Quimper de bout en bout

Troisième ville de Bretagne, chef-lieu du Finistère, Quimper nous a surpris par la beauté de son centre et ses nombreux espaces verts.

Après la pluie vient le beau temps, puis revient la pluie. Quimper est à l’image du reste de la Bretagne. Une météo versatile. En prenant de la hauteur le long des sentiers du mont Frugy, nous observons des bouts de végétation proliférer entre les habitations. Du vert, de l’humidité et une rivière traversante nommée l’Odet. Et ses trois affluents, le Steïr, le Frout et le Jet.

Sur notre chemin, nous remarquons le square Antoine Le Bris. Sur une plaque, un rappel historique. « Le 14 janvier 1944, un groupe de résistants a participé au sabotage du Service de travail obligatoire (S.T.O) et à la destruction de ses 44 000 dossiers ».

Le long des quais de la ville, nous empruntons le boulevard Dupleix. Nous voilà intrigués par les nombreuses passerelles, avec chacune une esthétique qui leur est propre. Onze au total. Et huit d’entre elles étaient en réalité des propriétés privées. Les riches propriétaires, qui avaient construit sur la rive gauche, avaient accès à leur jardin puis leur villa par ce chemin privé.

Ce qu’il y a à voir dans le vieux Quimper

Le charme de l’ancien, comme on dit. Le centre historique de la petite cité est chargé en pierres, maisons à colombages, petites rues. La cathédrale Saint-Corentin en impose de loin. Notamment ses flèches culminant à plus de 75 mètres et encadrant la statue du légendaire roi d’Armorique et de Cornouailles Gradlon.

Nous grimpons, traversons la petite place au beurre. Une ancienne école pour garçons se transforme en logements prestigieux. Sur notre route l’ancien hôpital Saint-Antoine est lui devenu une prison pour femmes, puis un bureau des services de l’État. Nous longeons les remparts, abritant le collège et la tour d’Auvergne.

La paix dans les jardins

Premier jardin en terrasse, celui de la Retraite. Un étage est consacré à la flore méditerranéenne. Il est dédié à la paix, on y trouve des oliviers et des pins d’Alep. Une colombe en galets au sol. Le niveau du dessous est plus exotique, chargé en palmiers et fleurs chatoyantes.

Pour finir, escapade dans le quartier Locmaria dédié aux métiers d’arts. Un jardin botanique à l’esprit médiéval nous en apprend beaucoup sur les vertus des plantes. Tout près se trouve le musée de la faïence, une biscuiterie typique. De quoi remplir notre journée quimpéroise.

@inessotopro

Un avis sur « Récit n°113 – Quimper de bout en bout »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :