Récit n°141 – Cinq couleurs en Provence

De Arles à Marseille, pérégrinations en terres provençales.

Blanc tirant sur le blond comme… Arles et ses vestiges romains. Théâtre antique, obélisque mais aussi arènes, Arles la romaine est encore présente à travers ses pierres calcaires et ses monuments typiques d’une époque. Y marcher, c’est voyager dans le temps en un instant. Mais la ville en garde sous le coude. Si son patrimoine architectural est imposant, les arts le sont tout autant. Vincent Van Gogh qui y séjournera du 20 février 1888 au 8 mai 1889. Ou aujourd’hui, la photographie, avec les Rencontres d’Arles, festival en place depuis 1970.

Du côté d’Arles, pierre blanche et style romain un peu partout. Julien Vaurillon.

Dorée comme… La vierge protectrice d’Avignon. La statue de 6 mètres de haut et de 4500 kilos domine la ville depuis 1859. Représentant la Vierge ne portant pas Jésus, elle bénit la ville d’une main, la protège de l’autre. Non loin de là, le palais des Papes nous refusera l’entrée. En cause, trop de touristes. Comme si le covid n’était plus qu’un lointain cauchemar. Alors nous nous baladons dans les rues. Après le jardin des Doms, son arbre aux branches semblables à des doigts pointant vers le ciel comme pour cueillir le soleil, nous ajoutons d’autres couleurs. Celles des librairies indépendantes qui fleurissent dans le petit centre-ville. Un comics*, deux, trois…

Violet comme… Les lavandins de l’abbaye de Sénanque. L’édifice a beaucoup évolué depuis sa fondation au XVIIe siècle. On a tous en tête cette photo de carte postale avec l’abbatiale en fond et au premier plan ses immenses champs de lavande, ou plutôt de lavandin. Espèce voisine qui prête à confusion. Notre guide nous explique la différence avant de repartir sur l’histoire des moines cisterciens. Après avoir vécu notamment les guerres de religions, l’abbaye de Sénanque subit, comme une grande partie du Sud de la France, une invasion de petits papillons blancs, dont-on vous parlait déjà ici.

Ocre comme… Roussillon et son sentier. On se croit d’un coup dans un épisode de L’Attaque des Titans. Animé japonais où des monstres humains de grande taille terrorisent les plus petits. Le titan du village de Roussillon ? Il s’est amusé à saupoudrer les collines et maisons… De paprika et de cumin.

Bleue comme…. La Méditerranée ? Non. Notre tente. Première fois que nous la sortons du fond du coffre de notre voiture. Vous allez me dire, il était temps. C’est du côté des hauteurs d’Aubagne, entre Cassis et Marseille que nous jouons aux campeurs.

Une première nuit en tente pour la team Blanquette. J.V.

@jvaurillon

Un avis sur « Récit n°141 – Cinq couleurs en Provence »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :