Récit n°144 – Nostalgie niçoise

Une balade pleine d’émotions et de souvenirs pour moi. Ceux d’une jeune étudiante qui y a passé de belles années. Nice a des charmes que l’on ne peut lui enlever.

Nous voilà dans une ville que je connais bien. Elle se dessine le long du bleu de la mer. Les murs sont aux couleurs du soleil. Du jaune au rouge. On y trouve des gens bronzés, des voitures brillantes, des stores rayés, des Russes et des spécialités Italiennes. Le titre vous a aidé… J’ai nommé Nissa la bella.

Notre Simone, notre voiture, garée près de mon logement de jeune étudiante, nous voilà partis pour un pèlerinage. Avec une très chère amie nous habitions près de l’aéroport. À deux pas, je retrouve les appartements d’Hana et Alicia.

Dans le tram nous lorgnons un peu de mer, les villas et immeubles par centaines et passons sous terre. La ligne 2 n’était pas là il y a cinq ans. Le centre-ville est vite devant nous. L’avenue commerçante Jean Médecin où j’ai sûrement trop dépensé, la place Masséna, le vieux Nice où j’ai sûrement trop bu…

Comprendre l’amour de Matisse

Du haut de la colline du château, d’un côté une vue sur le port coloré et ses yachts à étages, de l’autre la promenade des Anglais qui s’étend à perte de vue. La mer d’un dégradé de bleu. Nice est entourée de sommets touffus. Nous devinons Vence derrière les collines.

Deux bus plus tard nous nous trouvons dans les galeries du musée Henri Matisse. Lui qui a tant aimé ce coin, lui qui y a fini sa vie. Le peintre était fasciné par l’intérieur des maisons de Vence, ébahi par la luminosité hivernale de la Côte D’Azur. Et ses tableaux en sont un hommage.

Cour Saleya je ne peux qu’admirer la beauté aux airs d’Italie. L’architecture si soignée des bâtisses. Les ruelles qui débouchent sur des places. Habitées par des restaurants aux odeurs d’ailleurs, parsemées de pub anglais où j’ai ri et chanté.

Ce mercredi en arrivant dans cette ville que j’ai bien connue, j’ai été émue. Par la beauté toujours un peu, mais surtout par ces souvenirs qu’elle m’a laissés emporter avec moi. Et ces trois belles rencontres que je n’ai jamais oubliées. Alors pour tout cela, merci.

@inessotopro

Un avis sur « Récit n°144 – Nostalgie niçoise »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :