Récit n°43 – Tous ces visages qui font la France

On vous parle beaucoup de paysages, de monuments, de nourriture. Mais nous croisons aussi beaucoup de visages, de quotidiens, en traversant la France.

Les gens sont marrants sous la pluie. Petite bruine dans une rue. Trombes d’eau dans un boulevard. Les nuages ont une drôle d’attitude à Nancy. Revenons-en aux passants. Il y a les cheveux trempés. Les nonchalants. Les organisés. Qui déploient leur parapluie dès la première goutte. Ou leur bob imperméable en vinyle. Les effrayés, serrés sous un store. Et il y a nous, mi-figue mi-raisin, trempés mais ne diminuant pas notre cadence. 

On a mangé aux pieds d’un homme dont nous vous avons dressé le portrait hier. Stanislas Leszczynski. Le ciel s’assombrissait, laissant présager la pluie à venir. Il était percé d’un soleil puissant qui donnait une belle allure aux adolescents prenant leur pose déjeuner. Au jeune homme travaillant pour une association tentant d’arrêter les pressés du jour. Quittons Nancy pour de bon, en quête d’une autre ambiance.

Il y a les statues, et les vivants

Saint-Nicolas tout de pierre nous a fait face. Dans la basilique qui lui est dédiée, à Saint-Nicolas-de-Port, beaucoup de lumière. Des hauts plafonds. Sympathique. Pour voir le « bras relique » du saint, nous devons glisser la pièce d’un euro. Le store monte faiblement, la vitre sale nous permet difficilement d’observer les quelques objets précieux. Une minute plus tard, le rideau est fermé. A droite de la basilique, une petite boutique tenue par une femme. Des Nicolas en jouets en vitrine. Elle lève le regard en nous voyant arriver, puis le baisse en comprenant que nous n’entrerons pas. Ses journées doivent être longues. 

Tout comme les journées de Virginie. Caissière dans un centre commercial près de Nancy. Sur son pull d’un mauvais rose, choisit avec goût par l’enseigne qui l’emploie est inscrit : « A votre service ». Les files s’étendent dans les rayons. Une mère peste tout en promettant à sa fille : « Il faut garder son calme, je sais. » Puis les bouchons, à 17h. Les voitures qui rejoignent les allées des lotissements, à l’heure qui nous est imposée. 

Tout cela pour dire que nous croisons des statues, des personnages historiques ou plutôt le patrimoine qu’ils ont laissé, mais aussi et surtout des Français. Qui peuplent les régions que nous traversons. Ils donnent vie à ces territoires. Croisent parfois notre chemin. Et eux aussi nous les voyons. Eux aussi sont le paysage de notre pays. Un paysage vivant.

La photo est une illustration. Vous l’aurez remarqué, les gens ne sont pas masqués.

@inessotopro

Un avis sur « Récit n°43 – Tous ces visages qui font la France »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :